BONA SAWA

BONA SAWA

Antisionisme et Dieudonné Mbala

 

                                 

 

                                  Antisionisme et Dieudonné Mbala

 

                            Dadou Debell, ce 10.06.2009 Pour Bonasawa
 
Les Français ont été appelés aux urnes dimanche 7 juin 2009 pour élire des députés au parlement Européen de Strasbourg;  les votants ont sans doute choisi des hommes et des femmes dont ils estiment qu'ils défendront au mieux leurs idées ou leurs aspirations.   


 C'est à Cologne, Allemagne, en 1946, que Les pères fondateurs, Robert Schuman, Konrad Adenauer et autre Alcide de Gaspéri, tous trois dirigeants de partis démocrates chrétiens allemands et Italiens, se sont rencontrés, pour mettre en avant leurs idéaux communs de coopération politique et économique modernes, au service de leurs peuples respectifs, après la deuxième guerre mondiale. Pas moins de 27 pays composent aujourd'hui ce parlement, dont les derniers arrivés furent membres de l'ancien bloc soviétique. La Turquie musulmane n'en fait toujours pas partie, bien qu'ayant une partie de son territoire à l'intérieur de l'Europe géographique.   

En consultant les différentes affiches électorales avant les élections, j'en ai vu une, intitulée "Liste antisioniste", conduite par l'humoriste Franco-Camerounais Dieudonné Mbala Mbala, entouré de Yahia Gouasmi, président du Parti antisioniste de France, du nationaliste Alain Soral, un ancien du front national, et du talmudiste juif Shmiel Borreman.   
Alors je me suis demandé si en nous aussi, Africains, il pouvait y avoir des sentiments antisionistes, et pourquoi? 
 
Qu'est-ce que le Sionisme? 

"Sion" fait référence à la montagne sur laquelle était bâti le temple de Jérusalem, en Palestine. Construit par le roi Salomon en 1000 avant JC, détruit par Nabuchodonosor quatre siècles plus tard;  Reconstruit par Hérode, en 44 avant JC, ce second temple est assailli par les troupes romaines de Titus et incendié, en 70 après Jésus-Christ.
Commence alors des tueries et la dispersion des juifs. Les ruines de ce temple, aujourd'hui en Israel, portent  le nom de 
"Mur des lamentations" et sont pour de nombreux juifs un lieu sacré à partir duquel ils adressent des prières à leur Dieu, le Dieu D'Abraham, leur père. Il faut dire que le temple était bâti à la gloire de Dieu et était un lieu hautement spirituel, mais symbolisait aussi l'unité retrouvée du peuple, réalisée antérieurement autour du roi David.

Le Sionisme est donc un mouvement d'idéologie politique nationaliste de retour aux sources, prônant l'existance d'un état juif en Palestine autour des valeurs religieuses, né entre le milieu du XIXè siècle et le début du XXè, et lancé par Thomas Herzl, journaliste juif Autrichien, avec la publication en 1896 de son ouvrage intitulé:" Der judenstadt, versucht einer modernen losung der judenfrage" ou en Français: L'état des juifs,une tentative de solution moderne à la question juive.
 
En 1905, Israel Zangwill constitue l'organisation territoriale juive, chargée de prospecter en tous lieux, afin de trouver un territoire convenant à la colonisation juive, suite au rejet par le VIIè congrès sioniste de la solution Est-Africaine, sur le sol de l'Ouganda
 Grâce à la détermination des éléments les plus actifs du nationalisme juif, la Grande-Bretagne concède en 1947 la scission de la Palestine en deux entités,une juive,une autre Arabe, avec un vote aux nations unies qui donne 33 voix pour,13 contre, et 10 abstentions.
David Ben Gourion proclame ainsi la naissance de l'état d'Israel, en 1948, avec l'aide et l'apport des juifs de la diaspora, notamment des États-Unis.


Tout le monde connaît la suite, avec le développement extraordinaire de cet état sur plusieurs plans, sauf, malheureusement sur celui des droits des Palestiniens à disposer d'un état souverain. Pire, avec la mise en place d'une politique de confiscation et de colonisation des terres Arabes,  Israel, dont le monde comprenait l'aspiration légitime à un état "ethnico- religieux", est décrié par beaucoup aujourd'hui, entre autres à cause de son arrogance et son mépris des résolutions des Nations Unies, le condamnant à plusieurs reprises sur sa politique des territoires Arabes occupés et colonisés par l'état juif. Ce peuple qui, par le passé, a connu des périodes de grande souffrance, dont la plus récente est encore dans toutes les mémoires, s'est progressivement transformé lui-même en bourreau des Palestiniens, avec une suffisance et une arrogance détestables. Comme si, à cause de la shoa, le monde avait une dette éternelle vis à vis des juifs et devait tout accepter de cet état.

L'état d'Israel a toujours bénéficié d'une mansuétude à nulle autre pareille. Le soutien quasi inconditionnel des états occidentaux, au premier rang desquels on trouve les États-Unis d'Amérique, non seulement n'est pas de nature à infléchir sa politique brutale de spoliation, mais fait naître auprès des gens le sentiment qu'Israel appartient à une caste supérieure, au dessus de tout et de tous; et là, oui, des sentiments antisionistes peuvent naître car on est face à des injustices et la conviction qu'il y a là deux poids deux mesures que la seule sécurité nécessaire et légitime d'Israel ne saurait expliquer.
De plus,le Sionisme a réussi à faire croire que critiquer la politique d'Israel équivaut à de l'antisémitisme. Dès lors, il devient quasiment impossible d'émettre un avis négatif sur le comportement de l'état d'Israel, comme on le ferait de n'importe quel autre état, sans qu'on soit taxé d'antisémite.
 
L'obsession antisémite des juifs, qui frise la paranoïa, a ses propres relais en France auprès de certains journaux, à la radio  à la télévision, où nous avons droit, fréquemment, à un rappel des souffrances du peuple juif, au travers de documentaires, reportages, films...Et des intellectuels juifs qu'on entend souvent approuver ou défendre la politique de L'état d'Israel. La censure médiatique de ceux qui pensent autrement est si omniprésente que cela donne parfois l'impression d'être dans un état à caractère totalitaire.  
 
Dieudonné a t-il des raisons personnelles d'être antisémite? est-il antisémite? Je n'en sais rien. Je peux par contre appeler à la plus grande vigilance et dire qu'il faut faire très attention, et ne pas faire d'amalgame entre Antisionisme et Antisémitisme;
L'antisionisme, comme idéologie politique nationaliste, peut et doit pouvoir être contesté, comme n'importe quelle autre idéologie. D'ailleurs, le Juif Shmiel Borreman, qualifie le sionisme de ennemi de la torah.  Shlomo Sand, historien juif Israélien, considère son pays, Israel, comme "la négation de la sensibilité et la cosmologie du judaïsme, qui profite de la religion et l'utilise pour se justifier". du même Shlomo: "La justification de la colonisation sioniste sur la terre de Palestine découle de l'idéologie sioniste, laquelle s'appuie sur un mythe historique. Quant à l'étoile de David, repère instantané de notre identité, son origine n'est pas Judéenne: C'est un signe Indien qui a très tardivement été intégré à la symbolique juive". Ces deux exemples, et il y en a d'autres, montrent bien que l'antisionisme se trouve aussi au coeur même du monde juif.   Mais ni Borreman, ni Shlomo Sand ne seront jamais poursuivis pour propos antisémites; ils sont juifs. Une seule ligne de leurs propos, tenus par un non juif, lui vaudrait un procès et sans doute une condamnation pour antisémitisme, à cause de cette amalgame qu'on a réussi à introduire dans les pensées, et selon laquelle antisionisme=antisémitisme.
 
 L'antisémitisme: L'antisémitisme, ou l'antijudaisme, n'a rien à voir avec l'antisionisme. Lantisémitisme est le nom donné à l'hostilité, à la discrimination ou aux préjugés contre les juifs. En dépit de l'étymologie du terme, qui associerait en principe tous les peuples sémites, dont les arabes, en pratique cependant, le terme est plus utilisé pour faire référence à l'hostilité envers les juifs comme groupe religieux, racial ou ethnique.
Et là ça devient beaucoup plus grave car il s'agit du rejet ou de la haine de l'autre, en rapport avec des critères de race ou de religion. L'antisémitisme De Hitler et ses complices a conduit à des massacres de plusieurs millions de juifs en Europe. Il s'agissait, selon un programme bien planifié, d'en finir avec les juifs, les rayer de la surface de la terre. Je ne peux donc, en aucune manière, soutenir des discours antisémites, racistes, tribalistes,etc... 
 
Par soucis de justice, d'égalité, de liberté, je peux comprendre l'opposition au sionisme, qui a trop tendance à bafouer ces principes.  Je suis pour la confrontation des idées ou des idéologies; le sionisme en est une, comme le libéralisme, le communisme, le nazisme, comme le fut l'apartheid en Afrique du sud, ou le tribalisme et ses conséquences, notamment au Rwanda récemment où des hutus massacrèrent des tutsis, lesquels se sont vengés en masascrant à leur tour des hutus, autant, si ce n'est plus encore, selon certains témoignages, depuis que Kagamé et les tutsis ont pris le pouvoir au Rwanda. 



10/06/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 444 autres membres