BONA SAWA

BONA SAWA

LE CAMEROUN EN FINALE DE LA CAN 2008

 Finale de la CAN 2008 : le Cameroun retrouve l’Egypte

 

vendredi 8 février 2008       

 

 

Quatre buts encaissés. C’est la note que l’Egypte a présenté à la Côte d’Ivoire, ce jeudi soir, en demi-finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2008. Le même tarif qui avait été présenté aux Lions Indomptables du Cameroun, le 22 janvier dernier, en match de poule de la compétition. Mais au contraire des Orange, le Cameroun, vainqueur ce même jour du Ghana (1-0) en demi-finale, aura l’occasion de se rattraper dimanche prochain en finale.

 

Autre différence, alors que le Cameroun avait été largement dominé par son adversaire, les Ivoiriens n’ont pas démérité. Ils ont dû la défaite à un match presque parfait des Champions d’Afrique en titre, ainsi qu’à un gardien qui semblait attirer le ballon à lui. En ouvrant la marque dès la 12e minute de jeu par Fathi, dont la frappe à l’entrée de la surface est contrée par Kalou, les Egyptiens obligent leur adversaire à courir après le score pour la première fois du tournoi.

 

El Hadary fait barrage

 

Ce que les Ivoiriens s’attachent à faire avec talent, par Drogba, à la 28e minute, qui perd son duel face au gardien égyptien, et une nouvelle fois par l’attaquant de Chelsea, dont la tête à bout portant est repoussée avec chance par El Hadary une minute avant la pause. Mais alors que les Pharaons avaient montré une volonté de continuer à jouer durant la première mi-temps, on assiste à l’entame de la deuxième à une partie d’attaque défense. Drogba, encore lui, pique sa tête devant le portier égyptien, qui sort un énorme arrêt réflexe (47e).

 

Drogba, Keita, intenable ce soir sur les ailes, Boka, dont la frappe est repoussée à la 58e, les Ivoiriens poussent mais ne parviennent pas à concrétiser. C’est la fin du premier quart d’heure, le moment que les Egyptiens choisissent pour refermer leur piège. Sur un corner tiré de la droite, Zokora frôle le ballon, qui poursuit vers Zaki au second poteau. L’attaquant du Zamalek du Caire, loin de la cage ivoirienne, place la balle en pleine lucarne du pauvre Loboue, qui avait remplacé Copa à la 39e minute sur blessure.

 

Kader keita n’a pas suffit

 

Sur l’engagement, Kader Keita part côté gauche dans la moitié de terrain égyptienne, il se fraye un passage avec des appuis surpuissants et met tout son cœur dans une frappe de l’extérieur du pied droit qu’El Hadary ne peut qu’effleurer. L’attaquant lyonnais exulte et montre la voie à ses coéquipiers, 30 secondes après le coup de massue qu’ils avaient reçu.

 

Mais les Eléphants ont à peine le temps de songer à égaliser. Cinq minutes plus tard, Zaki récupère un ballon mal dégagé et par en contre devant Kolo Touré. Le buteur du soir enrhume complètement le défenseur d’Arsenal, s’ouvre une fenêtre de tir et frappe à ras-de-terre un ballon que Loboue ne peut que détourner dans sa cage.

 

La messe est dite. Les Pharaons n’ont aucun mal à casser le rythme du jeu en restant allongés après les contacts et se payent même le luxe d’inscrire un quatrième but en contre à la 92e minute. Le petit Zidan, entré à la 68e minute à la place de Moteab, centre en retrait pour son capitaine, Aboutrika, qui ne laisse aucune chance à Loboue d’une puissante frappe du plat du pied.

 

Le Cameroun met froidement fin au rêve ghanéen

 

De son côté, le Cameroun s’est contenté de défendre, ce jeudi, face au Ghana, en attendant froidement mais avec quelle efficacité le contre opportun, finalement arrivé à la 70e minute. Sur un action splendide jouée à 100 à l’heure, et au plus fort de la domination – stérile – ghanéenne, Nkong combine avec Eto’o et se présente seul devant Kingson, qu’il trompe d’un plat du pied droit digne de son passeur. Agogo aura la dernière occasion de son équipe, à la 81e, mais l’attaquant de Nottingham Forest ne place pas assez sa tête sur un coup franc des 30 mètres.

 

Les Champions en titre égyptiens ont montré plus de talent que n’importe quelle autre équipe durant cette CAN. Mais seul le résultat compte en finale. Ce que les Lions camerounais, revanchards après l’humiliation égyptienne des matchs de poule, savent mieux que personne.



08/02/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 441 autres membres