BONA SAWA

BONA SAWA

BREF APPERCU SUR L'HISTOIRE DE BONAJINJE

Bref aperçu sur l'Histoire De Bonajinjè (Deïdo/douala)

 

Auteur : Monsieur Henri Jong

Source : Livret Jinjè-Jinjè paru le 12 Mars 1995 lors de la présentation du Kaba Jinjè-Jinjè !

Document proposé par  Martha Dayas-Eyoum, 2007, pour BNS, TVR

 

L'Histoire De Bonajinjè

 

EBELÈ, ancêtre éponyme des Bonébéla, fils de EJOBÈ, son père, et de Kanya(ou Kayé), vivait à Bonaduma (Madubwélé ou Madumwalè).

Il contracta sept mariages et épousa successivement :

JINJÈ, MULA, TEKI, TÈNÈ, ESOKA, BEKOMBÈ, et NAMBEKÈ. C'est l'évolution du foyer de JINJÈ, première épouse d'EBELÈ, « Nyango'a Mboa » dont il s'agit ici !

 

Qui était JINJÈ ?

Son père s'appelait NKWANÈ et était originaire de BWASALO, un village Pongo dans l'actuel arrondissement de Dibombari. Parce qu'il avait été convaincu de pratiques sorcières, il fut expulsé de son village d'origine selon le rite traditionnel alors en vigueur et fut recueilli à BONADUMA.

Quelques années plus tard, son frère BONA risquant de subir le même sort, il l'accueillit à Bonaduma puis le confia à son ami PRIS'A DOO.

 

Bona est le père de TÈNÈ qui deviendra la quatrième épouse d'EBELE.  JINJÈ et TÈNÈ sont des cousines germaines, des « sœurs » selon l'acception africaine du terme et viennent de BONADUMA où leurs pères vécurent jusqu'à la fin de leurs jours.

JINJÈ épousa donc EBELÈ qui lui donna  par la suite plusieurs coépouses, mais c'est avec ESOKA, comme elle originaire  de Pongo, qu'elle fonda Bonajinjè.

 

JINJÈ eut deux fils d'EBELÈ : MAKAKÈ EBELÈ, l'ainé et EBULÈ EBELÈ, le puîné. Malheureusement, Makakè étant frappé d'une grave infirmité (on dit une plaie au pied qui ne guérit jamais) et d'un affligeant bégaiement le rendant très nerveux, la direction des affaires de la famille fut confiée à son jeune frère EBULÈ.

 

ESOKA, quant à elle eut cinq garçons et une fille :

JOMBI, MWANJO (frères jumeaux) EBELÈ, BESSEMÈ, NSUNGUÈ et une fille TEBEDI dont la fille deviendra Reine des Duala par son mariage.

 

Comment Les Descendants D'EBELÈ-A-KANYA Se Sont-Ils Retrouvés Dans Leur Site Actuel ?

 

Lorsqu'ils quittèrent Bonaduma, EBELÈ et sa famille séjournèrent pendant près de trente ans à BONAMBWANJA-AKWA où le patriarche mourut.Il fut enterré dans le site de l'actuelle Procure Catholique de la CCAR .Un fromager indique encore de nos jours l'emplacement de sa tombe.

 

Après la mort d'EBELÈ, EBULÈ devint le chef de la famille. Mais à la suite d'une dispute née entre DIKY, fille d'EBELE et  KALLA, fils de NGANDO'AKAWA, une grande rixe éclata entre les enfants des deux cousins. Afin de préserver la paix dans son fief, le chef  NGANDO'AKWA demanda à ses neveux d'aller rejoindre la famille de leur grand-mère maternelle KANYA EPEE à BONEWONDA. EBULÈ, ses frères, leurs femmes et leurs enfants empruntèrent pour leur voyage l'unique voie praticable, le fleuve.

 

Sur la route de l'exil, EBULÈ décida de s'arrêter pour saluer le chef Bakoko NGUIMÈ, père de l'une de ses femmes, NGOMNKINDA, qui vivait avec les siens sur l'actuel emplacement de BONAJINJÈ. Le chef NGUIME lui proposa de s'installer avec sa suite et leur donna des terres.

 

A sa mort, le peuple Bakoko, quitta le site et les BONEBELA s'installèrent définitivement.  EBULE resta au pied Du Grand Fromager, sanctuaire des BAKOKO  et cela devint BONAJINJÈ.

Il fit rayonner les foyers de ses frères autour du sien et octroya à MAKAKÈ son frère ainé le terrain situé entre le fleuve Wouri et le Grand Fromager. Il était MWANJO et JOMBI au nord entre le fleuve et le Grand Fromager. Il installa MOUDOUROU et ses frères de BONAMULA au sud du Grand Fromager, enfin il plaça les foyers de Diboti

 et de ses frères de BONATEKI entre Bonabesoka et le « Buma » de Bonéwonda.

 

Transfert Du Pouvoir De La Chefferie Supérieure Des BONEBELA ENTRE BONAJINJE ET BONATENE

 

EBULÈ, fils d'EBELÈ et de JINJÈ, Chef supérieur des BONEBELA depuis la mort de son père et patriarche des  BONAJINJÈ,  eût lui aussi plusieurs épouses selon les coutumes d'alors. Parmi elle, BWAMÈ, sa préférée, qu'il appelait «  ETONDÈ »

 

De tous les enfants de son père, EYUM fils de TENÈ était le frère d'EBULÈ dont il se sentait le plus proche. Ils étaient amis comme leurs mères avant eux.

 

BWAMÈ alias ETONDÈ était le favorite (« Ndongo »), c'est dans sa chambre qu'Ebulè gardait ses attributs de Chef lorsqu'il mourut, elle n'eût aucune difficulté à soustraire ces précieuses reliques. Elle alla les cacher à Bwasalo dans sa famille.

 

La grande palabre devant mener à l'intronisation du nouveau Chef des Bonébéla se tint autour du Grand Fromager devant les chefs de tous les Cantons DUALA et les autorités. Tous les prétendants au trône étaient présents mais seul EKWA EYUM put exhiber le « chasse mouche », pièce maîtresse des attributs d'un chef Sawa, que sa mère BWAMÈ avait ramené de Pongo la veille.

 

EKWA EYUM fut alors reconnu comme l'héritier légitime de la CHEFFERIE des Bonébéla. Cette décision provoqua de nombreuses contestations. Les frères d'EBULÈ s'estimant lésés revendiquèrent longtemps mais en vain leurs droits à l'héritage. Depuis et jusqu'à nos jours, la destinée des descendants d'EBELÈ-A-KANYA repose entre les mains de la famille EKWA EYUM à BONA-TÈNÈ.

Cette affaire a fortement marqué les esprits et a créé des antagonismes qui ont survécu au temps. Des schismes sont apparus, provoquant entre autres l'éclatement des BONESOKA dont une partie resta sur place et l'autre émigra vers Bali dans leur famille maternelle. C'est ainsi que NSONGUÈ, BESSEMÈ et TEBEDI émigrèrent vers le plateau Joss où leur histoire connut des fortunes diverses…

TEBEDI contracta le premier mariage interracial enregistré au Cameroun. Elle épousa un capitaine de l'armée allemande  THOMAS ZINCRAFT DAYAS et ils eurent une fille :

ENGOMÈ DAYAS. Le Roi Rudolf DOUALA MANGA BELL, l'inoubliable héros de la résistance des Doualas qui mourut pendu le 08 Août 1914, épousa  Emma ENGOME DAYAS.

De cette union naquirent trois fils :

Le prince  Alexandre NDOUMB'A DOUALA MANGA BELL, Eitel Manga et Henri LOBÈ ; et deux filles :

Tekla NJANJO'ADOUALA et Emma EKED'A DOUALA.

 

COMPOSITION DE BONAJINJE

 

Bonajinjè est composé de trois grands foyers :

BONEBOULE comprenant  Bonéyadi et Bonétondè

BONAMAKAKE comprenant  Boneyango I et Boneyango II

BONESSOKA  comprenant  Bonajombi et Bonamouanjo

Le chef traditionnel  actuel  de BONAJINJÈ est :

Monsieur EKOUME HUGO BWEMBA.



25/08/2007
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 448 autres membres