BONA SAWA

BONA SAWA

DOUALA INSALUBRE: NTONE NTONE PASSE A L'ACTION

Douala : Le Délégué du gouvernement rase Ndokoti

 

 Des " gros bras " et des machines ont nuitamment détruit les comptoirs.

 

Par Lazare Kolyang. 04 Feb 2008

 

Fritz Ntoné Ntoné a respecté presque à la lettre l'esprit de son ultimatum lancé, il y a un mois, aux commerçants installés au carrefour Ndokoti, après plusieurs réunions avec les associations de ces commerçants. Le Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala avait en effet donné jusqu'au 31 janvier dernier à ces vendeurs pour déguerpir. Faisant fi de ce délai, nombre de ces commerçants n'avaient toujours pas dégagé les comptoirs de fortune qui jonchent les emprises publiques à cet endroit de la ville de Douala et qui casent de gigantesques embouteillages. Samedi dernier, 02 février, aux environs de 24 heures, le Délégué du gouvernement est donc passé à l'acte. Une centaine de " gros bras " récrutés par la Cud, des agents de Metroplis, aidés par un engin de destruction et plusieurs camions de ramassage de conteneurs, ont été mobilisés tard dans la nuit pour détruire ce qui tient lieu de boutique. Malgré l'heure tardive des opérations, une bande de curieux, parmi lesquels de nombreux propriétaires ont accouru et assisté impuissants à la rage des " démolisseurs ". Mais ils ont été tenus en respect par la foule de policiers et gendarmes qui s'y trouvaient.

 

Coûts

Fritz Ntoné Ntoné n'a donc pas voulu prendre beaucoup de risques en procédant à la destruction en journée. " L'heure choisie n'est pas un hasard. Nous avons voulu éviter le risque d'opposition que l'on peut avoir ", a indiqué le Délégué du gouvernement. Comme au cours de la rencontre avec ces commerçants, il y a quelques jours à la Communauté urbaine, il a rappelé les dispositions qui ont été prises pour empêcher la réinstallation de ces vendeurs : des agents de la société Metroplis, ainsi des éléments des forces de l'ordre y seront déployés nuit et jour. Toutefois, ces commerçants ont le choix entre trois sites de recasement qui leur sont proposés depuis longtemps. Il s'agit du marché Sincatex, du complexe Mokam et du complexe Macat. Certains vendeurs trouvent élevés les coûts pratiqués par les promoteurs de ces marchés. D'autres jugent les conditions hygiéniques peu confortables. Mais au-delà de ces reproches, ils seront obligés, désormais, de faire contre mauvaise fortune bon cœur. 

 

Source : Quotidienmutations, 2008

__________________________________________

 

Anger at Cameroon's demolitions 

 

Residents want compensation and alternative locations

Bulldozers in Cameroon's economic capital, Douala, are continuing a massive house demolition despite protests from residents.

"They are destroying our businesses and houses at short notice without compensation," one woman told the BBC.

 

Some owners have accused the city council of not respecting a boundary set up before the clearance started.

 

But the authorities say the buildings are being cleared for new roads and were put up without permission.

 

Road congestion

 

The BBC's Francis Ngwa Niba at the demolition site says dozens of people stood by and watched as bulldozers knocked down row upon row of buildings.

 

  We frequently pay a land tax to the council to use this land

 

Douala resident

 

Some people chose to pull down their own homes in order to save building materials and property.

 

Others who failed to beat the bulldozers were struggling to salvage things from the wreckage.

 

"I am not happy with this operation. The city council is behaving as if we occupied this place without permission from them. We frequently pay a land tax to the council to use this land," one resident said.

 

Another landlord said the government had the right to improve the roads but should give businesses compensation and an alternative location.

 

A businessman who lost a big supermarket to the council bulldozers was not confident about fighting for compensation in court.

 

"Can you ever win the government in any of their courts?" he asked.

 

Douala councillor Fritz Ntone Ntone said he ordered the demolition as more land was needed to urgently widen roads.

 

Our reporter says traffic congestion in Douala, which has a population of some 2m, is a huge problem.

 

The operation, which began over the weekend, is set to continue throughout the city's suburbs.

 

 Soures: BBC,2008

 



04/02/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 442 autres membres