BONA SAWA

BONA SAWA

EKINDI DOIT A TOUT PRIX REDYNAMISER L'OPPOSITION CAMEROUNAISE

Jean Jacques Ekindi : "Le chasseur du Lion" n’est pas rentré bredouille

28/07/2007 - Lu 18 fois
16 ans après être passé à l’opposition, le coordonnateur du MP va bénéficier d’un mandat à l’Assemblée nationale.

Par Dippah Kayessé
 
Ceux qui croyaient que la carrière politique de Jean Jacques Ekindi, coordonnateur national du Mouvement progressiste (Mp) était arrivée à son crépuscule devraient certainement revoir leur position. Celui qui passait en 92 pour être "le chasseur du lion", fauve qu’incarnait à l’occasion de la Présidentielle de cette année là le candidat du Rdpc, Paul Biya ("L’homme lion"), n’avait tout simplement pas encore dit son dernier mot.. Tête de liste à Wouri- Centre et dans la circonscription électorale de Douala 1er, celui que les Deido appellent affectueusement "Jacky" devrait s’en tirer avec au moins un siège à l’Assemblée nationale. Il peut d’ores et déjà envisager sa 1ère entrée à l’hémicycle.

Quinze années après la Présidentielle d’octobre 92, les Camerounais se souviennent certainement de ses sorties médiatiques, de ses coups de gueule, ses figures de style… son courage à défier "l’homme lion". Résultats des courses, après trois prestations radiodiffusées et télévisées, le Deido boy avait été interdit d’antenne. De toutes les façons, la "grosse gueule" de l’opposition de l’époque avait déjà réussi son coup, ne pas passer inaperçu. Lui, le transfuge du Rdpc dont la démission de la section Rdpc du Wouri avait constitué un coup d’éclat et de courage.

Absent à la Présidentielle de 1997, Jean Jacques Ekindi refait surface à la faveur des législatives et municipales en 2002 avec pour slogan de campagne, "Les morts ne sont pas morts". Il sera à nouveau sur la ligne de départ en 2004, pour les Présidentielles bien que ses résultats lors des consultations auxquelles il a pris part soit peu élogieux. Après une tentative vaine de conduire le Front des forces alternatives, une coalition de "petits partis de l’opposition", il désistera à la veille du scrutin au profit de John Fru Ndi du Sdf. L’administration maintiendra quand même ses bulletins dans les bureaux de vote.
Politicien au parcours singulier, Jean Jacques Ekindi, né en janvier 1945 à Douala est ingénieur diplômé de deux prestigieuses écoles, Ecole polytechnique et Ecole des mines, toutes à Paris en France. Etudiant, celui qui est vice- président de l’Union nationale des étudiants Kamerunais (Unek), mouvement proche de l’Upc en exil, prend part à une session de la commission nationale des bourses en 1970 à Yaoundé. Jugé "subversif", il va écoper de 16 mois de prison ferme sous le régime du président Amadou Ahidjo. Son incarcération aux côtés de Mgr Ndogmo, Ernest Ouandié, Célestin Takala, Wamba le Courant…va renforcer sa flamme pour la politique.

Politique
Rentré définitivement au Cameroun en 1978, Jean Jacques Ekindi décide de s’engager véritablement en politique en 1985 avec la naissance du Rdpc. Juste quelques semaines de militantisme pour voir le "jeune loup" prendre la tête de la section départementale du Rdpc dans le Wouri. Membre suppléant au comité central de ce parti, cette irruption dans la "cour des grands" lui vaudra parfois des coups bas. Tête de liste Rdpc en 1987 pour diriger la mairie de Douala 1er, contre toute attente, le sommet du parti lui préfère Dooh Priso, son colistier. Pareil en 1988 lorsqu’il est écarté de "sa" liste lors des législatives pour une "banale histoire" de cumul de fonctions.

A l’époque il se dit que l’homme est très apprécié par Paul Biya, président de la République qui aurait d’ailleurs par personne interposée tenter de renouer le contact avec le "chasseur du Lion", plus d’une fois, depuis son passage à l’opposition. Sur la base de ce qui précède, quand on évoque son entrée possible au gouvernement, il se contente d’indiquer que "ce n’est pas à l’ordre du jour, attendons que le contentieux électoral soit vidé".
En 1990, il succède à lui- même à la présidence de la section Rdpc du Wouri face à Albert Nzogang, président des "Rénovateurs fondamentalistes", un courant politique au sein du Rdpc mis en place pour fragiliser le courant des "Forces progressistes" dirigé par Jean Jacques Ekindi.
Entre temps, le vent de la démocratie souffle, la rue est en effervescence, le pouvoir tremble… Des marches baptisées, "Non au multipartisme" sont partout organisées. Contre toute attente, Jean Jacques Ekindi, président des "Forces progressistes" soutient l’action et prend la tête des démonstrations à Douala! Pourtant, quelques mois plus tard, à l'étroit au sein du Rdpc, Jean Jacques Ekindi qui quitte le navire Rdpc. Pas pour rejoindre de l’Upc, un parti au sein duquel il a milité alors qu’il se trouvait encore en France.

Pour marquer son retour dans l’opposition, il crée son propre parti en 1991, le "Mouvement progressiste". Ce qui lui vaudra quelques déconvenues au rang desquelles, la "Fessée nationale souveraine" qu’il reçoit en compagnie d’autres leaders de l’opposition et de la société civile. Leur crime, une marche pour revendiquer la "Conférence nationale souveraine" au nom du Directoire, rassemblement des partis de l’opposition dont il était secrétaire général.
Plus tard le Directoire va voler en éclats. De Jean Jacques Ekindi va germer une nouvelle idée, le Rassemblement pour la nouvelle République (Rpr) pour essayer de fédérer les forces du changement dans le cadre d’un "Grand parti politique", une idée très chère à lui. C’est ainsi que l’on le verra dans des alliances, des pactes, des contrats… avec plus ou moins de succès aux cotés de l’Ufdc de Hameni Bieleu, du Sdf de John Fru Ndi… Et, une convention, la dernière pour l’instant signée avec l’Udc de Adamou Ndam Njoya le 18 juillet 2007 à Douala en prélude au double scrutin du 22 juillet dernier. "Toujours est-il que cette dynamique reste ouverte à tous ceux qui pourront suivre notre rythme et adhérer à notre marche vers la construction de la nation", avait expliqué les bras ouverts Jean Jacques Ekindi qui caresse toujours le rêve d’une nouvelle dynamique de l’opposition camerounaise.


01/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 448 autres membres